Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 00:01
Buggerru. Avril 2017. Les trois morts du 4 septembre 1904. © Jean-Louis Crimon

Buggerru. Avril 2017. Les trois morts du 4 septembre 1904. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                        7

 

A 8 ans et demi, Francesco Zanda, même en 1904, on n'est pas trop petit pour comprendre. Surtout que ton père Antioco et ta mère Rosa, le soir, à table, n'ont dû parler que de ça. Des soldats qui mettent en joue des hommes sans armes et qui tirent sans trembler. Des trois morts couchés dans l'herbe, par une journée d'été superbe. Eternelle histoire du combat des riches contre les pauvres, pour les exploiter davantage, pour en tirer le plus de profit. Folie des patrons d'accroître leur pouvoir de domination et leurs richesses. Pour cela, il faut briser la grève des travailleurs de la mine, fut-ce en tirant à balles réelles sur des mineurs sans armes autres que leurs poings serrés.

Peut-être as-tu fredonné à ta façon cette chanson pas encore écrite. Peut-être t'es-tu dit que quand tu serais grand, toi aussi, tu serais "agitatore"... Agitateur leader du mouvement des mineurs de Buggerru... Ecoute, si tu peux entendre...

 

 

100 ans déjà que ça se passa,

Sont quatre en mille neuf cent quatre,

A tomber sous les balles des soldats,

Ainsi le patron de la mine en décida...

 

Trois morts d'un coup d'abord,

Le quatrième prendra son temps,

Mais finalement sans trop d'efforts,

Rejoint ses trois frères déjà morts...

 

L'année des journées d'enfer,

Les mineurs ne veulent pas s'y faire,

Leur pause d'une heure en été,

Le patron veut leur raboter...

 

Les mineurs ont le droit de profiter

D'une pause d'une heure au soleil,

Début septembre, c'est toujours l'été,

Mais cette année, le patron décide que c'est déjà l'hiver...

 

Ordre est donné de se mettre à l'horaire d'hiver,

Peu importe le droit ancestral,

A l'heure de repos au soleil estival,

Terminée la pause d'une heure pour les mineurs...

 

Le patron de la mine a le pouvoir

De changer le nom de la saison

Le patron de la mine a toujours raison

Au cœur de l'été, décide que c'est déjà l'hiver...

 

Aucune discussion n'est possible,

Prenez les têtes pour cible,

S'ils ne veulent pas comprendre,

Vous n'avez qu'à les descendre

 

Les soldats qu'on appelle en renfort

Pour faire le sale boulot de mise à mort

Tirent, tirent, et tirent encore

Sur les mineurs et leur triste sort...

 

Toute l'Italie se met en grève,

Pour la Sardaigne, petite sœur,

Grande révolte contre l'oppresseur,

Mais rien n'y fera, aucun intercesseur...

 

Rien n'a beaucoup changé depuis,

Le Patron se veut toujours de droit divin,

S'octroie toujours le droit d'avoir toujours raison,

Qu'importe le siècle ou la saison...

 

Il est trop tôt d'au moins cent ans,

Les mineurs de Buggerru sont morts

Pour des droits qui n'ont pas cours encore,

Cent ans plus tard, c'est toujours la même chanson...

 

Le patron pense qu'il a toujours raison,

Qu'importe le siècle ou la saison,

Au cœur de l'été le patron t'invente l'hiver,

Puisque, pour ses affaires, c'est nécessaire...

 

 

© Jean-Louis Crimon

 

 

Libre adaptation d'une chanson originale sarde, 

paroles de Paolo Pulina et musique d'Antonio Carta.

Partager cet article

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens