Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 00:03
Amiens. 31 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 31 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

 

Bizarrerie urbaine qui n'étonne personne. Particularité locale, même si la chose est sans doute observable dans d'autres villes.

Ma ville est une ville étrange aux façades aveugles, aux fenêtres murées. Difficile de dire précisément quand la chose s'est produite. On raconte que celà remonte à une époque où l'impôt se calculait au nombre de fenêtres en façade.

Bien sûr, si l'on marche la tête scotchée sur son iPhone ou si on essémise ou textoïse tête basse à grandes enjambées, on ne remarque rien. Il faut pour observer vraiment l'incongruité façadière lever la tête de temps à autre et ne pas vivre uniquement les yeux baissés.

Il semble que ce soir juste après la Révolution, au moment du Directoire, que cet impôt portant sur le nombre et la taille des portes et des fenêtres aurait été décidé. Seuls les propriétaires étaient concernés et les plus riches payaient le plus. Ce qui n'avait rien de choquant. Cette forme d'imposition subsistera jusqu'au milieu des années vingt.

Plus les maisons sont grandes, plus elles ont de fenêtres, et plus leur propriétaire doit payer. De fait, les maisons d'angle se voient doublement imposées par rapport aux maisons qui n'ont qu'une façade côté rue. Faire murer un nombre important de fenêtres, c'était alléger d'autant l'impôt. La décision de murer l'espace de toutes les fenêtres en trop ou estimées inutiles fut donc prise et menée à bien par des propriétaires astucieux. Mêmes briques et même technique de jointoiement.

Aujourd'hui, trace archéologique de ces évasions fiscales légales, seul l'emplacement de la fenêtre se visualise mais la fenêtre a fait sa valise.

L'astuce architecturale étant désormais caduque, je me demande si je verrai un jour des maçons et des vitriers ressusciter et réouvrir ces fenêtres closes.

A moins que la solution la moins onéreuse - et la plus joyeuse -, ce ne soit aujourd'hui le recours aux spécialistes du trompe-l'œil. Avis aux artistes et aux... financeurs.

Partager cet article

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

commentaires

Alexia 15/08/2017 22:14

Cela fait 6 ans que je vis dans le Nord, et que ce soit tourcoing, roubaix, Lille et toutes les villes de la métropole, je m'étonnais de voir autant de fenetres murées, parfois une sur deux dans certaines rues... Je n'avais pas de réponse, et tous les gens que j'interrogeais étaient en incapacité de me répondre .. pis encore, ne l'avaient pas remarqué.

Merci de cette réponse apportée !

Elisabeth MINARD-PLACIARD 30/05/2017 13:47

Eh oui, votre première publication m'avait échappée. elle confirme ce que, en pure amiènoise depuis au moins 1600 ... et des bricoles(pas chauvine pour autant loin sans faut ! ) .... Mais pourquoi, certaines maisons construites avec l'aire industrielle ont elles des fenêtre murées alors que ces ex fenêtre auraient pu simplement ne pas apparaitre à la construction ? (plein d' amiénoises modestes par exemple dans les rues entre le boulevard et la rue Jules Barni : fantaisie d'architecte ? ouvertures faites puis défaites ?autre raison ? Continuez à me ravir avec des photos qui me parlent ..... / .... Et le thème des courées en pleine destruction et saccage des promoteurs, n'y aurait il pas a faire sur ce sujet qui était riche de vie sociale (je n'ai encore trouvé aucun écrit sur le sujet... Qui m’intéresse - 5 génération dans la courée du bas de la rue Jules Barni qui est entrain de lamentablement et dangereusement s'écrouler !!!! A bientôt au labyrinthe

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens