Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 00:00
Amiens. Pierre l'Ermite. Place Saint-Michel. Déc. 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Pierre l'Ermite. Place Saint-Michel. Déc. 2016. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                      321

Je me souviens des arbres de la rue Saint-Honoré après le passage des élagueurs et de la façon dont j'ai noté la chose dans mon journal : Ce soir, les arbres ont d'étranges airs de crucifiés, à n'en pas finir de tendre leurs maigres bras vers ce ciel bâtard que la nuit tarde à clouer d'étoiles.

 

                                                                      322

Je me souviens du jardin de l'évêché, an de grâce 1625, théâtre d'ébats amoureux entre la reine Anne d'Autriche et le duc de Buckingham. Louis XIII en Ménélas. Le duc de Buckingham dans le rôle de Pâris, fils de Priam, roi de Troie, et Anne d'Autriche dans la peau d'Hélène. Pâris, de passage à Sparte, séduisit Hélène et l'enleva. L'emportant vers Troie. Apparemment, le duc de Buckingham laissa la reine au roi. 

 

                                                                       323

Je me souviens que Marguerite Yourcenar ressemblait étrangement à ma Tante Laure. Dommage, vraiment, qu'elles ne se soient jamais rencontrées, la Dame du Mont-Noir et l'alerte centenaire de Contay.

 

                                                                       324

Je me souviens de la Méridienne Verte de juillet 2000. Randonnée cyclotouriste sur les traces du mètre et dans les pas de Delambre et Méchain. Randonnée commémorative à réaliser en six jours ou en six ans. Six ans, le temps que Delambre et Méchain ont mis pour mesurer le méridien de Paris.

 

                                                                       325

Je me souviens de ce professeur d'Histoire pour qui le mètre et le système métrique décimal sont sans doute, avec la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, un des plus importants héritages de la Révolution Française.

 

                                                                        326

Je me souviens du temps où je vais à l'usine à pied et où je compose mes poèmes au rythme de mes pas. Il pleut, il neige, m'est venu comme ça, en plein été, à la fin du mois d'août. Il pleut, il neige, Les flocons font la pluie beige, Flocons fondants, flocons fondus, A la pluie confondus, Pour un hiver qui hésite, A déjà prendre la fuite...

 

                                                                         327

Je me souviens de : Matin blême, café crème, deux qui s'aiment, mais quand même...

 

                                                                         328

Je me souviens de :Tu sais très bien qu't'as beau traîner de bar en bar, il encore trop tôt pour être en retard.

 

                                                                         329

Je me souviens du tandem Darras-Foujols. Un poète, un photographe, pour un recueil au titre volontairement provoquant : Vous êtes en Picardie. Géomètres-arpenteurs des cadastres intérieurs, leurs relevés dessinent une Picardie qui n'existe pas, comme un pays à venir. Amiens moteur d'une Somme sommation.

 

                                                                         330

Je me souviens de mon Art poétique : Un poing au cœur de chaque phrase, et le brandir bien haut. Oui, un poing. Un poing, c'est tout.

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens