Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 00:01
Amiens. 1978. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 1978. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                         241

Je me souviens de trois fois rien, car... trois fois rien... c'est déjà quelque chose. Dixit Devos, bien sûr, bien avant moi.

 

                                                                         242

Je me souviens que le quartier Henriville a été nommé ainsi en hommage au Roi Henri IV.

 

                                                                         243

Je me souviens de ma première manif et du regard porté sur nous par les passants scotchés sur les trottoirs, sidérés de nous voir gueuler, poing levé : "Ta réforme est foutue, tes étudiants sont dans la rue !"

 

                                                                         244 

Je me souviens de "Tas de feignants, au boulot ! " qui jaillissaient par endroit, quand le cortège stationnait devant des banques ou des commerces.

 

                                                                         245

Je me souviens du bonheur que nous avions à acheter et à lire Combat, à tout jamais, pour nous, le journal d'Albert Camus.

 

                                                                         246

Je me souviens de mon doublé en match corpo, une lucarne et un péno, avec l'USCP, contre l'équipe des forains de la Foire de la Saint-Jean. Suprême honneur : la Coupe du meilleur buteur reçue en ouverture de la troisième mi-temps.

 

                                                                           247

Je me souviens de cette maison où Jules Verne vécut 14 ans et où il mourut le 24 Mars 1905, à l'âge de 77 ans. Elle se trouve au 44, Boulevard Longueville, désormais Boulevard Jules Verne.

 

                                                                           248

Je me souviens de Jean-François Danquin et de son art de la portraitrise, le portrait trahi volontairement par son auteur. Avec une délectation rare et un sens aigu de l'humour vache.

 

                                                                           249

Je me souviens que René Lamps m'aimait bien.

 

                                                                           250  

Je me souviens de ma première rentrée universitaire et de mon incapacité à parler en public, désemparé, apeuré, tout en bas de l'amphi des étudiants de philo-psycho-socio. Une centaine de paires d'yeux et moi, perdu au milieu.  

 

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

                            

Partager cet article

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens