Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 10:37
Amiens. Hôtel Bouctot-Vagniez. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Hôtel Bouctot-Vagniez. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                        171

Je me souviens de « Liliis tenaci vimine jungor ». Devise latine d'Amiens : Je suis solidement attachée au Lys. La fleur de lys, symbole de la couronne de France. Du fait de la Guerre de Cent ans, entre le XIVe et le XVe siècle, Amiens a été ballotée entre Anglais, Français et Bourguignons. En 1471, Amiens revient dans le giron français.

 

                                                                        172

Je me souviens de la salle Jean Vilar où j'ai dû lire, pour lui, à sa demande, la conférence de mon professeur de Sociologie, Joseph Gabel. C'était, – la dédicace de son Essai intitulé Idéologies en témoigne –, le 7 avril 1976.

 

                                                                         173

Je me souviens du premier exemplaire des Beaux Dimanche d'un Amiénois, recueil de la fin des années vingt. Avant-propos de l'auteur, J. Bellemère : Cet opuscule n'est ni un guide, ni un travail d'archéologie. Il faut y voir une description d'Amiens pittoresque, telle qu'elle peut apparaître aux yeux d'un amateur de peinture.

 

                                                                         174

Je me souviens de Bernard Rousset, notre professeur de philosophie générale, déclarant, en plein cours sur Spinoza, à l'attention de notre ami Richard Goldenberg qui déjà poussait du bois, mieux que personne : le monde n'est pas réductible à un jeu d'échecs.

 

                                                                          175

Je me souviens du terrain de foot de Renancourt où nous nous entrainions comme des pros. Delarue, Laprévotte et Pouillot, superbe trio. Sans oublier Marty, Hervé Marty, passeur en or pour dynamiter le quatuor.

 

                                                                           176

Je me souviens des mots gourmands de Mme de Sévigné dans une lettre à sa fille, Françoise- Marguerite, comtesse de Grignan, où elle célèbre le pâté de canard d'Amiens : « ce pâté à la croûte dorée plus blonde que les cheveux de la petite Lavardin ».

 

                                                                           177

Je me souviens du Beffroi que les Amiénois surnomment, en picard, Ch'Bédouf .

 

                                                                           178

Je me souviens de l'incipit de L'Hortillonne, roman de Léon Duvauchel : " Elle se pendait au cou de l'amant, lui mettait des baisers sur les joues, sur les paupières, sur les pointes de la jolie moustache châtaine, aux intentions d'accroche-cœur, à laquelle se frôlait son visage en une suprême chatouille." L'Hortillonne, roman sous-titré Mœurs Picardes, publié à Paris, chez Alphonse Lemerre, Editeur, en 1847.

 

                                                                           179

Je me souviens du cimetière de La Madeleine et de Raymonde Gilmann, passionnée d'art funéraire.

 

                                                                           180

Je me souviens de Jules Verne quand il soulève la pierre de son tombeau. Sculpture d'Albert Roze, intitulée "Vers l’Immortalité et l’Eternelle Jeunesse". Jules Verne lève le bras et regarde vers le ciel, après avoir brisé sa pierre tombale, torse nu et sortant de son linceul. 

 

 

 

 

 

. © Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens