Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 00:08
Amiens. Saint-Leu. Au Sourire d'Avril. Années 70. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Saint-Leu. Au Sourire d'Avril. Années 70. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                       31

 

Je me souviens des petits riens du quotidien. Un rayon de soleil après l'averse, un sourire, un geste comme un signe. Une tape amicale sur l'épaule, une main fraternelle, un pouce levé pour dire qu'on apprécie ou qu'on acquiesce. Amiens tendresse.

 

                                                                       32

 

Je me souviens du quartier Saint-Leu des années 70 et du "Sourire d'Avril" devenu roman populaire sous la plume sensible de Jacques Béal.

 

                                                                       33

Je me souviens de Jean-Baptiste-Louis Gresset, écrivain et poète, qui fonde, en 1750, l'Académie d'Amiens, Académie des sciences, des lettres et des Arts.

 

                                                                       34

Je me souviens du Tour de France 1979 et de Raymond Poulidor m'expliquant le bonheur incroyable d'être à tout jamais dans le cœur des gens " toujours premier, toujours devant ".

 

                                                                       35

Je me souviens de la lettre de Jules Verne à son ami Charles Wallut : "Sur le désir de ma femme, je me fixe à Amiens, ville sage, policée, d'humeur égale, la société y est cordiale et lettrée. On est près de Paris, assez pour en avoir le reflet, sans le bruit insupportable et l'agitation stérile."

 

                                                                        36

Je me souviens de Léo Ferré et de notre première rencontre, du cendrier avec ses trois mégots de Celtiques, discrètement enveloppé, à la fin de l'interview, dans le cellophane de la bande magnétique, cendrier magique dont je rêvais de faire un jour une inclusion sous plastique. Les Celtiques de Léo, c'est le haschich de Baudelaire et c'est l'absinthe de Verlaine.

 

                                                                        37

Je me souviens de la saison où les Gothiques ont remporté leur premier titre de Champions  de France et de la patinoire du Coliseum en feu ce soir-là.

 

                                                                        38

Je me souviens de Serge Reggiani, dans sa loge du Cirque Municipal, après un tour de chant bien au-delà du spectacle, et du morceau de pain et de fromage qu'il me propose de partager avec lui. En guise d'interview.

 

                                                                        39

Je me souviens des Galas de Catch au Cirque Municipal, de l'Ange Blanc et du Petit Prince. Des commentaires de Roger Couderc et des premières retransmissions télévisées. En noir et blanc.

 

                                                                        40

Je me souviens de l'inessentiel et du dérisoire, du banal et du sans importance. De la beauté sublime des matins de brume dans les Hortillonnages.

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens