Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 00:07
Amiens. Place de la Gare. 1970. © DR.

Amiens. Place de la Gare. 1970. © DR.

 

 

 

                                                                         231

Je me souviens de Joseph et du temps où nous étions, de minuit à 7 heures du matin, les OS du Labo qualité de Laden-Philips. Quatre étudiants pour quatre-vingts prototypes qui, non stop, tournent 24 heures sur 24. Lessives de nuit pour nous. Nous, complétement lessivés au petit matin.

 

                                                                         232

Je me souviens du Stade Delaporte, terrain d'entrainement de notre équipe de foot de Fac de Lettres et de Margerin, notre entraineur que personne, en ce temps-là, n'aurait osé appeler coach.

 

                                                                         233

Je me souviens de l'Eglise Saint-Honoré et de ses trois Rois mages, qui sont... quatre, mais je ne retiens jamais le nom du quatrième. Gaspard, Melchior, Balthasar et...

 

                                                                          234

Je me souviens de Pierre Garnier et de Jacques Darras, vrais grands frères d'écriture, mais tellement trop loin devant, à... dix mille, cent mille encablures.

 

                                                                          235

Je me souviens du pont de la Dodane et de la colonne érigée à proximité en hommage à Jules Verne. Œuvre du sculpteur Ivan Theimer, cette colonne en bronze est surmontée de deux enfants représentant Jules Verne et son frère Paul. L'un tient un gros poisson et l'autre, un pigeon.

 

                                                                          236

Je me souviens du Mémo d'Amiens de l'ami Rambour et de ce début de poème qui évoque Cazé et Patte, les deux boulangers de la rue Vascosan, spécialistes du gâteau battu : "Chez l'un et l'autre, ça sent le beurre doux... "

 

                                                                          237

Je me souviens des Trois Grâces, non pas des Trois Grâces de Botticelli, pas non plus des Trois Grâces de Raphaël, pas davantage des Trois Grâces de Rubens, les Trois Grâces de Morlaix, Emile Morlaix. Juste devant l'entrée de l'immeuble appelé les ISAI, à l'angle de la rue Jean Catelas et de la rue Martin Bleu Dieu.

 

                                                                          238

Je me souviens que ISAI, sigle étrange pour la plupart des Amiénois d'aujourd'hui, signifie Immeubles Sans Affectation Immédiate. Beau comme un poème Oulipo.

 

                                                                          239

Je me souviens de René Anger et de son projet fou et sérieux pourtant, d'Île mystérieuse au-delà de La Hotoie. Traduire en espace urbain le roman de Jules Verne.

 

                                                                           240

Je me souviens de la signature de Verlaine avant-centre, chez Martelle, un samedi de janvier 2001, et de cette queue immense qui déborde sur le trottoir et sur la rue, et de cette voix, identifiable entre toutes qui répète en boucle : "Je suis la mère de l'auteur ! Je suis la mère de l'auteur !"  L'auteur de mes jours pas peu fière du fils devenu auteur tout court.

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens