Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 00:14
Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                         101

Je me souviens des armoiries d'Amiens, des deux licornes et du blason "de gueules au lierre d'argent, au chef d'azur semé de fleurs de lys d'or ". La licorne, symbole des vertus chevaleresques de pureté et d'attrait pour la beauté et la délicatesse.   

                                                                

                                                                         102

Je me souviens de ce Café du Faubourg de Hem qui s'appelait : "A la Grâce de Dieu".

                                            

                                                                         103

Je me souviens du monument du Maréchal Leclerc, Place René Goblet. Philippe de Hautecloque, dit "Leclerc", né dans la Somme, au château de Belloy, dans la commune de Belloy-Saint-Léonard. Mort dans un accident d'avion près de Colomb-Béchar, en Algérie. Fut l'un des principaux chefs militaires de la France libre, durant la Seconde Guerre Mondiale. Ses fonctions au sein des Forces françaises libres l'amènent à commander la 2e Division Blindée. La 2ème D.B.

 

                                                                          104

Je me souviens de la rue de la 2ème D.B.

 

                                                                          105

Je me souviens de l'Abbé Pierre en visite à la Communauté Emmaüs de la rue Blanquetaque. Rue de la tache Blanche.

                                                                          106

Je me souviens du dernier chapitre de Contrescarpe, récit de Julien Sarrazin, publié chez Robert Laffont en 1975. On apprend comment, une nuit d'avril 1957, l'homme recueille une jeune fille de 19 ans, évadée de la prison-école de la Citadelle de Doullens. Julien Sarrazin cache et soigne la jeune fille, dans la maison de sa mère, à Amiens. J'aime relire ce passage en parallèle avec les deux premières pages de L'Astragale.

                                                                                                                                                                                                                                    107

Je me souviens des soirs de décembre quand  la cathédrale d'Amiens retrouve ses couleurs d'origine. On le sait vraiment depuis peu. Vingt ans à peine. Au Moyen-Âge, qu'on a cru trop longtemps uniformément gris et désespérant, les cathédrales étaient multicolores. Preuve, s'il en fallait une, que la Trinité, sainte ou pas, ne devait pas s'emmerder. Dieu dessinateur de BD. Hergé battu par le clergé. Le Beau Dieu et tous ses Saints, un fabuleux dessin. Dessin de pierre. En ce temps-là, le papier le moins cher, c'était la pierre.

 

                                                                          108

Je me souviens des ocres, des siennes, à travers les persiennes. Des ors, des bleus, des verts, des rouges, pas si loin des bouges. Tous s'en reviennent se coller sur la pierre. Epousailles flamboyantes. Pour déchirer le manteau sombre de la nuit. Le grand parvis s'anime. Du Moyen-Âge, retrouve la geste. Pour ne pas être en reste, le petit peuple suit. Voir, ce soir, ce qu'ont pu voir les yeux des humains d'il y a six ou sept siècles, est le plus impressionnant des voyages dans le temps. Dans la ville de Jules Verne, la chose n'est pas banale et, pardon pour l'offense, Dieu mis à part, la prouesse liturgique est remarquable.

 

                                                                          109

Je me souviens de la trouvaille d'un ouvrier consciencieux et astucieux : "Chef, on dirait qu'il y a de la couleur." Découverte accidentelle d'un ravalement miraculeux. Début des années quatre-vingt-dix. Grand nettoyage de la pierre du grand paquebot gothique. Sous la crasse grise et noire de la pollution automobile, l'ouvrier et le chef de chantier s'accordent pour identifier des traces de polychromie. Un repérage scientifique des couleurs, de leur emplacement, permet de reconstituer, d'abord mentalement, l'aspect originel des deux petits et du grand portail.

 

                                                                          110

Je me souviens du jour où j'ai lu pour la première fois le Journal de Jean Colin d'Amiens, publié au Seuil, début 1968. Tendresse particulière pour cette phrase de la page 166 : " Hier, j'ai vu par ma fenêtre de ville une mésange bleue, très voyante dans la grisaille de l'hiver."

 

 

 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens