Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 00:01
Amiens. Fin des années 70. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Fin des années 70. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

                                                                            221

Je me souviens de mon premier article publié par Le Courrier Picard et de son titre : Rue du Bout du Monde. Une vraie rue de Renancourt, à l'époque petit village à l'ouest d'Amiens, désormais quartier de la grande agglomération.

 

                                                                            222

Je me souviens des noms de toutes les rues où j'ai habité à Amiens : rue des cannettes, en 1969, rue Eloi Morel, rue Claudius Serrassaint, rue Saint-Honoré, au 214, rue Chevalier, rue Boucher de Perthes, en 1988, rue Laurendeau et rue Delpech.

 

                                                                            223

Je me souviens des mots écrits sur les murs, slogan épure pour dire la vie dure qui perdure.

 

                                                                            224

Je me souviens que Valéry Giscard d'Estaing est venu tenir un meeting au Cirque Municipal pendant la campagne de la Présidentielle de 1981.

 

                                                                            225

Je me souviens de "no future" bombé sur le mur de la Maison de la Culture.

 

                                                                            226

Je me souviens  de Jacques Falize, joueur de l'ASC-Football, aussi  fort au ballon au poing qu'au ballon au pied.                   

 

                                                                             227

Je me souviens d'une rencontre avec Hugues Aufray, "Chez Marc", route d'Abbeville, et d'avoir oublié, en le quittant, la pochette de 33 tours qu'il m'avait dédicacée.

 

                                                                             228

Je me souviens du Cinéma porno Le Rio, tout en haut de l'Avenue Foy.

 

                                                                             229

Je me souviens des linotypistes du Journal et du Secrétaire Général, Pierre Loubère, qui m'avait réservé, pour cinq mille francs, une linotype avec ses lingots en plombs, quand Le Courrier est passé à la photocompo.

 

                                                                             230

Je me souviens du goût fabuleux des fricadelles de la Baraque à frites du Boulevard Faidherbe.

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens