Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 00:00
Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

 

                                                                      151

Je me souviens des entrepôts de La Ruche Picarde où l'on embauche à 22 heures pour finir à 5 heures du matin. Manutentionnaire Travaux Lourds. J'y vais à pied, le cœur léger.

 

                                                                      152

Je me souviens de Raymond Devos, croisé dans la rue, près de la Maison de la Culture, où il donne plusieurs soirs de suite son spectacle d'incomparable jongleur de mots.

 

                                                                      153

Je me souviens de Jean Rouaud dans la nuit bleue de Saint-Leu. On boit des bières avec Julien Dollet et on se dit que vivre sans écrire, ce n'est pas vraiment vivre.

 

                                                                      154

Je me souviens de mon premier cours de philosophie et de mon impro finale : Entre Être et Avoir, ne vous trompez jamais d'auxiliaire, et vous pouvez me croire, moi qui suis Maître Auxiliaire.

 
                                                                      155
 
Je me souviens de Léon Lamotte et de la maison du 45, rue Becquestoile, dans le vieux Montières. Pas vraiment la vie de château. Mais déjà, dans le regard, le goût d'une certaine lumière.
 
                                                                      156
Je me souviens de Chemins Verts et Pierres Grises au Pays de Somme, recueil des balades publiées par Le Courrier Picard, pendant l'été 1963. Sept promenades qui prennent toutes leur départ à partir d'Amiens et peuvent se faire en une demi-journée ou une journée entière. Bernard Bocquillon et Jean-Claude Labesse, comme guides champêtres et forestiers.

 

                                                                       157

Je me souviens des façades aux fenêtres murées de rangs de briques rouges soigneusement jointoyées, traces d'un temps où l'impôt se calcule au nombre de fenêtres en façade. Lumineuse mascarade. Aveuglement absurde désormais.

 

                                                                       158

Je me souviens de la rue des Corps-nuds-sans-Teste, petite rue entre la rue des Trois Cailloux et la rue des Jacobins. Appellation qui viendrait de la maison des Cornus, mentionnée au moins à deux reprises, en 1392 et en 1444, maison dite fort accueillante. Pinsard, l'historien, pense, lui, qu'un homme, le corps-nu-sans tête, a été retrouvé en ce lieu. Assassiné, décapité et retrouvé dépourvu de vêtements.

                                                                        159

Je me souviens du discours de Jules Verne à la distribution des prix du Lycée de jeunes filles d'Amiens, en 1893 : "Prenez garde de ne pas vous égarer en courant le domaine scientifique. Puissiez-vous, en sortant du cours de chimie générale, savoir confectionner un pot-au-feu." Double adresse impensable aujourd'hui.

 

                                                                        160

Je me souviens de la Place Gambetta quand la douceur des soirs de Juin s'attarde en terrasse.

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens