Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 00:19
Amiens. Librairie du Labyrinthe. 20 Oct. 16. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Librairie du Labyrinthe. 20 Oct. 16. © Jean-Louis Crimon

Cher passager clandestin,

 

Au fond, tu es chanceux, vraiment chanceux. Tu auras eu de la chance comme être humain. Même si dans cette vie tu te sens en permanence passager clandestin. Mais il y a "destin" dans "clandestin". Ce n'est pas pour te déplaire. Destin du clan. Clan du destin. Tu t'en fous. Tu as dû te tromper d'époque. Reste que dans cette époque, tu es chanceux, terriblement chanceux. Dans ta vie de mortel, tu en as rencontré des gens. Des gens fascinants. Des personnes. Des personnages. Des personnalités. Des anonymes ou des célébrités. Ta dernière rencontre vaut son pesant d'humanité. Ce Velibor Čolić est vraiment un être extraordinaire. Il écrit comme il parle. Il parle comme un écrivain. Il a le sens de la formule, ou  plutôt il a la formule du sens. Il saisit une image, il te la tourne, te la retourne, et de l'image, il te sort une idée. Il est comme ça, Velibor. Son regard, ses paroles, ses mots, c'est de l'or. D'avoir croisé sa route, sans aucun doute, ça te change une vie, ça te change ta vie.

Tu n'arrêtes pas depuis deux jours de relire à haute voix des passages entiers de son Manuel d'exil. Un texte fort et dense, tout en finesse et en rudesse. Ecrit au cutter. Tout en ironie féroce et tendre. Velibor Čolić possède ce talent inouï de nous faire rire quand on a envie de pleurer et de nous rendre paisiblement serein quand on a des raisons d'avoir la rage au ventre.

"Je suis assis sur ce banc public à Rennes. Il pleut de l'eau tiède et bénite sur la ville. Je réalise peu à peu que je suis le réfugié. L'homme sans papiers et sans visage, sans présent et sans avenir. L'homme au pas lourd et au corps brisé, la fleur du mal, aussi éthéré et dispersé que du pollen. Je n'ai plus de nom, je ne suis plus ni grand, ni petit,je ne suis plus fils ou frère. Je suis un chien mouillé d'oubli, dans une longue nuit sans aube, une petite cicatrice sur le visage du monde.”

 

Librairie du Labyrinthe, ce jeudi soir d'Octobre, tu n'es pas seul à avoir comme de l'eau dans les yeux et ce n'est pas à cause de la pluie du dehors.

Partager cet article

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens