Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 00:01
Cité Scolaire d'Amiens. Première Inspection. Rapport signé Georges Laforest. 15 Mars 1978.

Cité Scolaire d'Amiens. Première Inspection. Rapport signé Georges Laforest. 15 Mars 1978.

Cher Maître Auxiliaire,

 

Ce matin, tu te souviens de la fin des années 70. Prof de Philo. Tu es Professeur de Philosophie à Amiens. La Philo, de tous les enseignements, le plus beau. Terminale D, Terminale C, Terminale A. Des Scientifiques et des Littéraires. Des classes de plus de 30 élèves. De bons élèves, mais aussi de sacrés dilettantes. Des fugueurs. Des élèves qu'il te faut parfois aller rechercher à "La Bonne Brise", le troquet le plus près de la Cité Scolaire. Tu n'hésites jamais à le faire. Quand il te voit entrer dans son établissement, le Patron se marre: il sait que tu vas d'abord lui régler les consommations, te mettre debout sur une chaise ou sur une table et commencer ton cours pour ceux qui voulaient "sécher". Ensuite, tel le joueur de flûte du conte des frères Grimm, les élèves vont succomber à la musique de tes mots et de tes phrases et tu vas les ramener au bercail. Dans le Hall du Bâtiment B, le Proviseur te complimentera avec humour, pour ton sérieux et ton originalité pédagogique, en s'exclamant devant tes élèves médusés: quel talent !

Tu mets un point d'honneur à ne jamais sanctionner les délinquants et à régler toi-même les problèmes d'absentéisme ou d'indiscipline. Sans avoir recours au Surveillant Général, devenu CPE. Conseiller Principal d'Education.

A la fin de chaque cours, tu leur annonces le thème, la notion, la question, le sujet du prochain cours. Tu demandes à la classe de préparer par des lectures la notion qui sera à l'étude. Tu les salues de ce rituel, inventé très tôt, juste après la rentrée de septembre:

Surtout n'oubliez jamais, entre ÊTRE et AVOIR, ne vous trompez jamais d'auxiliaire, et vous pouvez me croire, moi qui suis... Maître Auxiliaire !

 

Vingt ou trente, ou même quarante ans plus tard, il n'est pas rare que, croisant par hasard l'un de tes anciens élèves, celui-ci te déclare d'emblée, avant même les salutations d'usage et dans grand éclat de rire: Entre ÊTRE et AVOIR...

Accolade et congratulations de circonstance, forcément, cafés ou boissons pétillantes au bistrot d'en face, et très vite tu avoues au détenteur d'une si bonne mémoire qu'il a sans aucun doute retenu l'essentiel du cours de philosophie, mais que dans la vie, parfois, on se perd, que toi-même tu t'es un peu... perdu, que tu as dû, souvent, parier sur l'AVOIR, en négligeant l'ÊTRE. Que l'essentiel était de toujours en avoir une claire conscience.

Avoir un métier, avoir une voiture, avoir une femme - ou un mari-, avoir des enfants, avoir un appartement, avoir une maison, avoir un jardin, avoir un bon salaire, avoir du temps libre, avoir des vacances... Toutes formes d'avoir imposées par notre existence sociale et qui - jamais - ne résoudront la question de l'ÊTRE... la nécessité d'ÊTRE, l'obligation morale ou simplement humaine d'ÊTRE, d'ÊTRE un ÊTRE HUMAIN, simplement, totalement HUMAIN.

Être journaliste, être mobile, grâce à l'automobile, être marié, être père, être parent, être soi-même à travers toutes ces existences plurielles et singulières à la fois, simultanées ou successives, ÊTRE, sans jamais oublier d'ÊTRE, dans tout ce qui, dans la vie, nous arrive. ÊTRE, oui, enfin... peut-être.

Partager cet article

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens