Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 00:01
Amiens. Mai 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Mai 2016. © Jean-Louis Crimon

Cher... auditeur des journaux du matin,

 

Une brève à la radio, à 7 heures et à 7 heures et 1/2. Confirmé le salaire du patron de SANOFI: plus de 16 millions d'€uros pour l'année 2015, ça, c'est à 7 heures. Une demi-heure plus tard, ta radio préférée t'apporte une précision désarmante: le patron de Sanofi est devenu le patron le mieux payé du CAC 40.

Olivier Brandicourt  devance donc largement Carlos Carlos Ghosn qui lui, - le minable - n'a perçu qu'un peu plus de 7 millions d' €uros pour la même année 2015. Dans les deux cas, les actionnaires ont donné leur feu... vert. 

Tu te demandes quel genre d'homme on doit être pour accepter un tel niveau de salaire, - certes pour un travail, une fonction, et des compétences incontestables -, quand tant de gens, ici, en France, et partout dans le monde vivent dans une vraie misère. Quels mécanismes mentaux, pour ne pas dire intellectuels, peuvent aboutir à ce genre de fatitude absolue ?

 

Plus un mot sur le sujet dans le journal de 8 heures. Tu es allé ailleurs, sur le net, chercher quelques précisions. Dérisoires et scandaleuses à la fois. Tu ne comprendras jamais rien à ce monde-là. Tu t'es trompé d'époque. Tu t'es trompé de siècle. Tu a de plus en plus le sentiment de ne pas appartenir à cette société-là.

 

Les actionnaires de Sanofi ont voté à 63 % pour, et 37% contre, le salaire d’Olivier Brandicourt, le directeur général du numéro un français de la pharmacie.

Il faut dire que son statut est différent de celui de Carlos Ghosn. 80% du capital de Sanofi est du flottant, 8% appartient à L’Oréal et 5% au fonds BlackRock. Rien, donc, entre les mains de l’Etat, contrairement à Renault. Cela n’avait pas empêché le cabinet Proxinvest de placer, il y a un mois, Olivier Brandicourt en tête des neuf patrons du CAC 40 disposant d’une rémunération "choquante" en 2015, c’est-à-dire supérieure à 240 Smic, le niveau de "rémunération maximale socialement acceptable" aux yeux du cabinet.

La rémunération de 16,760 millions d'euros d’Olivier Brandicourt se décompose ainsi : une rémunération fixe de 895 440 euros (au pro rata des 1,2 million d’euros qui lui aurait été donnés pour une année entière), un variable de 1,491 million d'euros et 2 millions d'euros d'éléments exceptionnels (la prime de bienvenue ou "golden hello" qui avait fait scandale lors de son arrivée début 2015). Les actions promises au cours de l'exercice sont évaluées à un montant de 12,37 millions d'euros. Un niveau de salaire élevé, mais qui reste dans la moyenne du secteur très concurrentiel et mondial de la pharmacie.

 

Voilà, c'est dit. Sanofi, suffit.

 

Tu te demandes simplement quel remède il faudra trouver pour en finir avec la fièvre salariale des grands patrons qui, au fond, ne sont que de grands... malades.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens