Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 00:01
Jean-Pierre Chabrol. Portrait aux bras croisés. © droits réservés.

Jean-Pierre Chabrol. Portrait aux bras croisés. © droits réservés.

Cher écrivain de paroles,

 

Souvenir soudain. Comme un flash. Pensée fugitive. Début des années 80. Picardie. Festival International du Film d'Amiens contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples. Titre impossible. Titre trop long. Une raison, une bonne raison. Festival créé par des cinéphiles proches du MRAP. Soirée d'après projection. Tu le retrouves au bar. Echange de regards. Premiers mots, premières paroles. Assis côte à côte. Puis face à face en pivotant les tabourets. Lui, il parle. Toi, tu écoutes. Tu bois ses paroles. La magie opère. Avec ce conteur né, le comptoir devient contoir. Tu aimes sa voix, rugueuse, rocailleuse, comme le pays de rocailles d'où il vient. D'où viennent ses ancêtres. Chabrol écrit avec la voix. Tu ne te souviens pas de ce que vous avez bu ce soir là.

Bu passablement. Parlé ardemment. Une bande magnétique garde quelque part le souvenir précis de votre conversation. Question: où est-elle ? Où est surtout le Nagra, qui pourrait lire les sons de la bande magnétique. A l'heure du son numérique, l'analogique n'a presque plus cours.

Envie de relire ce matin, à trente et quelques années de distances cet écrivain oublié. Passé de mode. Même pas. Avec Chabrol, c'est commode, on avait le droit de se moquer des modes comme de la mode. Envie de retrouver cette voix fraternelle.

A portée de main, ça tombe bien, le rayon des auteurs dont le nom commence par la lettre C, Curiol, Curtis, et puis, tiens, un peu avant, Cohen, et encore un peu avant... Chabrol, Contes d'Outre-Temps, recueil de textes, d'abord écrits à la voix, chroniques pour la radio. Un rytme. Un ton. Un sens de l'ellipse. Un souffle particulier. Une vraie musique.


Ecoutez plutôt. La Bonne Pluie. Page 33.

 

 Les Parisiens pestent contre la pluie.

- Vous croyez que ça va tomber ce week-end ?

- Bah ! il pleut tout le temps.
Moi, je viens du pays des pluies heureuses. Quand le ciel crève sur lui, mon village lève le nez. Les paysans soupirent d'aise, ils disent, de la pluie: "Elle fait respirer le vallon."

Elle a sa chanson pour le toit, sa chanson pour les feuilles, son vernis pour les couleurs, elle exalte les senteurs, refait une beauté au paysage.

La Pluie, c'était l'Eau -on vivait si près de la terre !- on l'attendait.
Mon grand-père me disait gaiement : "Viens, on va marcher sous la pluie."

On allait, sans se presser, en offrant son visage au ciel.

 

Sans le savoir, deux "Jean-Pierre" t'ont tracé le chemin. La route. T'ont ouvert la voie. La voix.  le goût des mots-paroles. Le goût des mots parlés. Tu n'as jamais eu l'occasion de le leur dire. Leur dire ce que tu leur dois. De leur dire comme ça. Simplement. Tu le fais ici. Où qu'ils soient, la chose leur sera rapportée.

 

Heureux, vraiment, de les avoir croisés ces deux-là dans ce siècle ancien déjà. Lui, Jean-Pierre Chabrol, et l'autre Jean-Pierre, son copain, Farkas. Chabrol, l'écrivain, le conteur. Farkas, le journaliste, le baroudeur, l'inventeur du "Journal inattendu". Chabrol et Farkas, deux vrais humains croisés dans ce siècle vingt, et pas vain, deux vrais êtres humains comme trop rarement il en passe.

Partager cet article

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens