Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 00:01
Copenhague. Mars 2016. © Jean-Louis Crimon.

Copenhague. Mars 2016. © Jean-Louis Crimon.

 

Cher pigiste censuré,

 

Ton papier ne leur a pas plu. Trop audacieux pour L'audacieux. L'audacieux magazine. Magazine hors-sol qui publie des pages de pubs sonnantes et trébuchantes et quelques reportages sans résonnance aucune. Papiers insignifiants, insipides. Reportages sans idées. Sans saveurs. Fadeur extrême du contenu de ce support gratuit qui se targue d'être, - ben voyons ! - Déclencheur d'Effets Positifs. Carrément En Marche, quoi !

Connaissant ton parcours, le Directeur de la publication avait décidé de te "missionner" pour un retour aux sources Scandinaves. Le Danemark dans un numéro spécial Road Trip. En fait, ton Danemark. A la demande de Jean-Bernard Grubis, tu as donc retrouvé cette ville que tu connais bien. Quatre jours et quatre nuits pour voir, sentir, observer, sonder, analyser, peser, ce qui a changé et ce qui n'a pas changé. Tu as livré à ton retour une soixantaine de photos et un super grand reportage de 12.000 signes. C'était il y a un mois, jour pour jour.

Trop long, fut le seul commentaire du boss. T'intimant l'ordre de  tailler les trois quart de ton beau reportage. Tu t'es plié aux 3.000 signes exigés pour entrer dans le format. Mais très faux derche, le boss ne t'a pas dit que le fond posait aussi problème. C'est le fond, au fond, qui a dû déplaire. L'audace dont tu faisais preuve a fortement déplu au Patron de L'Audacieux.

Ton beau papier est passé à la trappe. Sans qu'on ait eu la franchise ou le courage de t'en informer. Belle mentalité ! Road trip. Tu parles ! Bad trip.

 

Compte-tenu d'une inattendue proximité de vue, - notamment pour la métaphore de cette Méditerranée devenue immense cimetière liquide - tu vas écrire au Pape François. Si ça tombe, ce que L'audacieux a refusé, L'Osservatore Romano  le publiera. Quand tu étais journaliste au Danemark, d'ailleurs, à plusieurs reprises, n'as-tu pas pigé pour Radio Vatican ? Salman Rushdie, de passage à Copenhague, avait été l'un de tes plus beaux scoops.

Pronto !

 

 

Relecture...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

COPENHAGUE SANS VAGUE A L'ÂME

 

Jean-Louis Crimon a vécu au Danemark entre 1992 et 1995. Pour L'audacieux magazine, il a remis ses pas dans ses pas d'il y a vingt ans.

 

 

Te revoilà Copenhaguois. Tu remontes Amaliegade, la rue qui conduit au Château. Là où habitent Margrethe II et le Prince Henrik. En France, on dit: Le Roi n'est pas mon cousin. Au Danemark, toi, tu disais: La Reine est ma voisine. Tu jettes un regard attendri en direction de cet appartement sous les toits qui a été le tien. Tu salues Søren Kierkegaard qui marche à grands pas, légèrement voûté, sur la place Kongens Nytorv. Tu te diriges vers Bredgade, là où chez une Antiquaire, tu as failli acheter, en avril 1995, cette paire de gants en cuir blanc. Devenus couleur sépia avec le temps. Gants portés par Hans-Christian Andersen. Gants qui te vont parfaitement et qui doivent te permettre de réécrire, en argot contemporain, les Contes du célèbre Danois. Tu imagines déjà La gamine au briquet, La Meuf et le Chauffagiste et Le nouveau Costard du Président. "Sacrilège", s'emporte ce jour-là l'Antiquaire en t'indiquant la... porte. Mémorable dispute.

 

Aujourd'hui, ce qui divise les 5 millions et demi de Danois, ce sont les "réfugiés", appelés ici aussi "migrants". Une romancière, Lisbeth Zornig, a eu maille à partir avec la Justice de son pays. Son seul tort: avoir pris, à bord de sa voiture, à Rødby, à la sortie du bateau, une famille Syrienne pour l'emmener à Copenhague. Un Tribunal danois l'a condamnée, début mars, à une amende de 22.500 couronnes danoises, 3.000 euros. 300 procédures de ce genre ont été engagées depuis septembre 2015. Shakespeare te pardonne: "Il y a quelque chose de pourri au Royaume du Danemark".

 

Tu te fendrais bien d'une petite bafouille irrévérencieuse à la Reine de ces Danois qui se frontnationalisent. Style: "Ma chère voisine d'il y a vingt ans, ne laissez pas faire ça, dites à votre Premier Ministre de leur donner un travail si vous souhaitez qu'ils participent aux frais qu'ils occasionnent. De grâce, ne leur prenez pas le peu qu'ils ont pu préserver des mains avides des passeurs. Leur confisquer objets de valeur et espèces au-delà de 10.000 couronnes danoises, c'est indécent.

Le texte voté en janvier dernier par les députés du Folketing est déshonorant. Vous ne pouvez pas ignorer que le Whashington Post a d'ailleurs comparé cette disposition à la spoliation des biens des Juifs pendant la seconde guerre mondiale."

 

Avant de prendre ton dernier taxi pour Kastrup, l'aéroport de Copenhague, joli cri du coeur d'une jeune Danoise croisée dans la rue, une militante anti UE, son paquet de tracts à la main: "Nous sommes riches, vous savez, nous devons les accueillir !"

Même s'ils vont coûter cher, en aides sociales et en assistances diverses, les Syriens qui ont fui la guerre ont droit à des jours meilleurs. Pour la seule année 2015, le Danemark a accueilli 20.000 réfugiés. Toutes proportions gardées, en France, ça ferait... 200.000.

 

Si Andersen s'en revient ces jours-ci au Royaume de Danemark, sûr, il compose un conte où la petite Sirène sauve les migrants qui se noient. Qu'ils soient Prince ou pas. Pour que la Méditerranée cesse d'être à jamais ce grand cimetière liquide. Mais c'est une autre histoire...

 

Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens