Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 00:01
Copenhague. Den lille havfrue. 17 mars 2016.  © Jean-Louis Crimon

Copenhague. Den lille havfrue. 17 mars 2016. © Jean-Louis Crimon

Cher Nyhavner,

 

Ta lettre d'aujourd'hui risque d'être bien courte. La raison: tu ne comprends pas l'engouement des touristes pour la little mermaid, la lille havfrue, en danois, si tu préfères. La petite sirène. Tu ne sais plus si Andersen a souhaité vraiment tout ça. Ou si ce sont les Danois, pour lui rendre hommage, qui ont choisi d'installer, à cet endroit du port, sur son rocher, cette havfrue, littéralement demi-femme.

Tu te dis que ce soir, sans doute, tu vas devoir relire le célèbre conte de Hans-Christian. Tu essaieras de savoir quand ce conte-là a précisément été écrit ? Surtout à quel moment il se situe dans l'oeuvre Andersenienne, si tu t'autorises le néologisme.

Tu te souviens vaguement, - curieuse expression - du pitch, comme on dirait aujourd'hui. La petite sirène vit sous la mer auprès de son père, le roi de la mer, de ses cinq soeurs et de sa grand-mère. La coutume ou la loi prévoit que, lorsqu'une sirène fête ses quinze ans, elle a le droit de nager jusqu'à la surface pour découvrir le monde extérieur. Lorsque la petite sirène du conte atteint cet âge symbolique, elle remonte donc jusqu'à la surface de l'eau. Pas de chance, une violente tempête se déclenche à ce moment-là et un navire chavire. Le navire sur lequel se trouvait un Prince que la petite sirène a juste eu le temps d'apercevoir.

N'écoutant que son courage et, peut-être, son amour naissant, elle sauve le Prince d'une mort certaine et le dépose, inconscient, sur le rivage. Surgit alors une jeune femme à forme humaine. La petite sirène s'efface. Le Prince ouvre les yeux, découvre le visage de la jeune femme. Il pense que c'est elle qui l'a sauvé de la noyade.

Bon, après, disons que ça se complique. Tu crois te souvenir que la petite sirène ne comprend pas pourquoi les hommes ne sont pas capables, comme les sirènes, de respirer sous l'eau. Elle en parle à sa grand-mère qui lui explique que les hommes ont une durée de vie très courte, mais qu'ils ont -en compensation- une âme éternelle. La petite sirène, logique, veut elle aussi avoir une âme éternelle.

Tu perds le fil à ce moment-là et tu te dis que tu es quitte pour relire Andersen au plus tôt. Oui, tu dois. A ton âge, ça peut sembler curieux. Quoi que...

Tu te dis que s'il y avait aujourdhui encore des sirènes en Méditerranée, et si Andersen s'en revenait, un de ces jours prochains, faire un petit tour, au Royaume de Danemark et en Europe, peut-être qu'il écrirait un conte où la petite sirène sauve, qu'ils soient princes ou pas, les migrants qui se noient.

Partager cet article

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens